Creuser le noir corporate et en faire sortir une lumière, une vérité blafarde sur tous ces suckers.

Archives

L'"artiste sans oeuvre" n'existe pas.

C'est clair comme l'H2o minérale de chez Polette "mais... mais" - il y a toujours un "mais" dans ce monde de Cygnes Savants - ça reste à prouver naaaaaan ?!! - (ah ah ah) - Comment prouver l'absence de quelqu'un ou de quelque chose ? Déjà les n'amis-ennemis (oh oh oh donnez moi à boire) en plus de votre violon d'Ingres, il faudra - présentemment - bien accorder ce terme. Mettez-vous un "s" à cet oxymoron ? Il n'existe donc pas d'"artiste sans oeuvre" et d'"artiste sans oeuvres". OK et "au nord y'avaient pas les corons ? Nous ne parlerons même pas d' "artistes sans ouvre(s)" car Bobig aka Eric.m connait la douce musique de la "programmation par défaut" (comprenne qui bosse d'abord sur word et sur le ouaibe ensuite) - ce qui change * terriblement * la donne les n'amis-ennemis. Il faut savoir quand même que Jean-Yves Jouannais que certains doivent connaitre (dernier labeur intellectuel : "L'Idiotie") a stigmatisé une tendance d'un art du "presque rien", de l'attitude jusqu'au dandysme. Selon Luis de Miranda, l'art sans oeuvre est un ego-trip nihiliste et certains journalistes hype poussent le bouchon de la Nouveauté en inventant - euh... pardon en * récupérant * le terme d'"ego-buzz" - dont on peut le dire sans honte qu'Artur Cravan en était le champion poid lourd (hi hi hi). Revenons à nos moutons de Vanité - "ashes to ashes" comme chantait le clown pop - l'artiste sans oeuvre(s) à défaut d'"exister" ("Google ce héros " prouve pourtant le contraire) peut être donc * seulement * un concept mais un concept n'est pas forcément une oeuvre, les artistes conceptuels n'existent plus vraiment à part dans les livres d'art et c'est vrai, je vous l'accorde, sur le web (ce violent violon à cygnes - euh... merdrrrre font chier les volailles ! surtout les corbeaux du reste , à * signes * donc ce qui compliquesalsifie un peu la donne mes amis-carnivores chéri(e)s. Il faut * peut être * donc élargir le concept d'oeuvre au concept tout court, c'est à dire à une "idée opératoire" dans un "milieu" ou un "contexte". Faut-il alors au concept pour exister d'être appliqué dans le Réel pour être validé "approved" ? Un embryon est-il un concept de vie qui baigne dans la matrice de sa porteuse ? J'ai pas dit "génétrice" parce que l'"art in vitro" ça doit exister * forcément * car j'en connais qui pratiquent l'"art au vitriol" (hé hé hé). En tout cas les "artistes sans oeuvres" existent beaux et bien (hé oui "l'art sans oeuvre-s " qui n'existe pas est sexiste) ou plutôt "ont existé" car mesdames et messieurs les Jurés de la Hype Academy, ILS - ces antihéros de l'art moderne ex-art contemporain - ont une fâcheuse tendance à être MORTS. Ils sont donc souvent réxhumés par des "artistes avec oeuvre(s)" à tendance mélancolique. Ils culpablisent GRAVE de produire par rapport à eux mais c'est mon point de vue au pif et fade gadget, pour votre gouverne2merde, a-t-on vu Personne s'auto-tamponner comme "artiste sans oeuvre" dans certains médias hype ? AH AH AH.