Creuser le noir corporate et en faire sortir une lumière, une vérité blafarde sur tous ces suckers.

Archives

IDIOT-CI, IDIOT-LA

Robert Filliou, en 1967, soutient que l'art moderne n'a rien produit de
passionnant hors ce qu'il nomme "la révolte des médiocres", expression
d'un refus, celui "dêtre culturellement colonisé par une race
auto-désignée de spécialistes de la peinture, de la sculpture, de la
poésie, de la musique, etc." Les "merveilleux résultats de l'art
moderne" de cette révolte, Filliou les explique comme suit "L'invention
a eu tendance à s substituer à la composition comme critère
d'excellence dans les milieux d'avant -garde (...). les partisans d'une
composition longue te laborieuse trouvent que ces artistes et leurs
oeuvres sont "médiocres". d'où ma proposition : "l'art moderne est la
révolution des médiocres". Tout comme l'est aux yeux du politicien
traditionnel, (...) la révolte des jeunes." ce que Filliou cherche dans
la direction de cette médiocrité, par le" biais d'uene fantaisie
joyeuse et non-spécialisée", ce n'est pas l'idiotie en elle-même, mais
la possibilité de celle-ci. Quête de l'idiotie qui trame nombre de ses
vidéos.que l'on retrouve explicitement dans le titre de l'un de ses
ouvrages : Idiot-ci, idiot-là, sous la forme de 90 CARTES POSTALES
emballées, chacune portant une question : "comment allez-vous et
pourquoi ?" ; "Pour quand un nouveau ballon ?"; "Bientôt de retour à
l'école ?" ; "C'est quoi le problème ?"...

in "L'idiotie" de J-Y Jouannais p.101
(essai hype)