Creuser le noir corporate et en faire sortir une lumière, une vérité blafarde sur tous ces suckers.

Archives

1 de moins / 10 à casser.

-----Message d'origine remixaide -----
De : tendrevenin [mailto:azertyup@hotmail.com]
Envoyé : samedi 4 septembre 2004 08:15
Objet : [paristop] A DJ is dead

Mort de Philippe Krootchey

DJ et ancien de «Têtu», il fut une figure de la nuit parisienne.

Par Alexis LEBOVICI et Elisabeth BERNIER

samedi 04 septembre 2004 (LibéraFion - 06:00)

On allait fêter ses 50 ans. Pourtant, il avait longtemps conservé un
visage métissé d'adolescent, si familier aux amis des années 80. Son
portrait en Monsieur Banania par Pierre et Gilles, son apparition
dans le clip coloré du protorap la Danse des mots de Jean-Baptiste
Mondino, ses débuts en «disquaire» (un mot d'époque) des Bains-
Douches, puis du Privilège, ont fixé l'image d'un dandy délicat, aux
expressions parfois clownesques (l'effroi simulé...). Sur ses
origines, comme sur le reste, il aimait rester discret. Né à
Versailles, père béninois, mère ? On ne savait pas. Il serait apparu
sur la scène des homosexuels politiques (Hocquenghem...) dans les
années 70, avant de virer vers la nuit festive à la Main bleue et au
Palace, bien sûr. Mondino le rencontre en ces temps intenses de
nightclubbing : «J'avais été tout de suite touché par son
indépendance. Il n'appartenait à rien, à aucun clan, il était léger
dans le bon sens du terme et sa résistance souple a perduré.» Il y a
cette fameuse photo de lui en scribe, que Mondino commente
aussi : «Il était là pour coller des mots. Nous étions dans
l'esthétique et le design, lui écrivait tout le temps.»

Après une échappée dans la chanson, il participe aux débuts de la
chaîne musicale MCM, avec l'émission Blah-blah groove, où il décline
sa passion pour les musiques noires. Thomas Doustaly l'engage comme
directeur artistique du magazine gay Têtu, où il reste quatre
ans : «Il n'était pas graphiste, mais a su faire le lien entre
culture musicale et visuelle. Il avait eu une vie très représentative
de la libération homosexuelle, il était black, pédé, et tout le monde
l'aimait. Chaque fois que Starck concevait un hôtel, il le balançait
DJ...» Après une greffe du foie réussie, Philippe Krootchey est mort
d'une rupture d'anévrisme, jeudi.