Creuser le noir corporate et en faire sortir une lumière, une vérité blafarde sur tous ces suckers.

Archives

Quand Arnaud Viviant se fait casser,
c'est très réjouissant voire vivifiant.
Je sens que je vais aller au Bordel ce soir
de bonne humeur.

"Suffit-il de faire de l'humour pour en avoir ? Se peut-il que l'on veuille faire en 2004, l'apologie du communisme comme Chateaubriand loua la religion chrétienne ? Malgré la bienveillance, il y a tromperie sur la marchandise puisque le terme roman n'aurait jamais dû être associé à cette version du «misérable petit tas de secrets», selon la formule de Malraux."


La suite ici