Creuser le noir corporate et en faire sortir une lumière, une vérité blafarde sur tous ces suckers.

Archives

La mise en réseau pouvait légitimement sembler une voie royale pour le biocontrôle,
mais elle permet autant d'interstices que de terraformations. Dans l'ordre des collisions,
l'explosion des industries propriétaires précèdera de loin l'asservissement final généralisé.



Tout organisme finit terrassé par un virus. Informatique ou biotechnologique, l'un d'eux
viendra tôt ou tard gangrèner le système. J'ai l'intime conviction, et le vif espoir, qu'il
étranglera les collabo-wizman avant nous, et les fera crever la gueule ouverte dans la
mare de plasma grumeleux qui leur aura fait office d'intégrité.