Creuser le noir corporate et en faire sortir une lumière, une vérité blafarde sur tous ces suckers.

Archives

Les Inrocks, outre à démagogie dégoulinante, lançaient il y a quelques mois un vibrant "Appel contre la guerre à l'intelligence", en compilant tout un tas de scandales culturels et de catastrophes intellectuelles pour faire leur propre pub en prenant des poses (profitez-en les mecs, Nova Mag est crevé, le créneau est libre).

Mais si un dessinateur des Inrocks risque de les fâcher avec l'industrie musicale, (on se demande comment vu l'inocuïté du dessin), les Inrocks préfèrent censurer. (On repense à Scheer qui censurait Rohe et Bottura parce qu'ils faisaient un papier sur Jourde, de peur de fâcher Savigneau). Bref les Inrocks, rebelles en sucre, représentants en opportunisme médiatique, ondoyants hypocrites, préfèrent accepter la démission d'un dessinateur plutôt que de risquer d'éventuellement incommoder potentiellement la Goule en Chef Pascal Nègre.

Baltringues.