Creuser le noir corporate et en faire sortir une lumière, une vérité blafarde sur tous ces suckers.

Archives

Après avoir versé les thunes des clubbers à QI négatif qui se pointent à ses soirées faussement-hype et réellement-nulles, directement à la mairie qui lui filait "les clefs", il y a déjà un gros bail, après tout un tas de turpitudes et de bouffonneries auxquelles on ne s'est d'ailleurs même pas intéressé tant le personnage est insignifiant et son caniveau puant, le petit Carl de Tagada semble vouloir aujourd'hui que les visiteurs de son site bleu-ciel inepte lui paient ses vacances à Cannes, histoire qu'il se prenne en photo avec quelque star débile du petit écran - puisqu'il s'agit là d'un réel accomplissement pour les demeurés de son acabit. Et sans doute aussi pour mettre lesdites photos en ligne, contre rémunération supplémentaire, pour les quelques braves couillons qui voudraient un "report" sur les congés qu'ils auront gentiment offert à ce batracien.

En plus d'être un incommensurable beauf, Carl est donc un pitoyable gagne-petit, doublé comme toujours d'une baltringue de dernière classe. On en rigole encore...