Creuser le noir corporate et en faire sortir une lumière, une vérité blafarde sur tous ces suckers.

Archives

Kill the motherfucking
dandies !!!!


Wizman, petit crustacé "touche-à-tout", opportuniste ondoyeur micro-médiatique,
icône de l'incruste de salon et voiture-balai sans talent, clown triste de chaîne
crypto-mercantile, le même clown qui s'élevait contre les logiques marchandes en
beuglant sur Canal +, lors du limogeage de Lescure par Messier, un trés démagogique
"redevenons petit !", Wizman donc confirme encore une fois, et avec
brio, qu'il n'a jamais cessé d'être lui-même minuscule.

Le voilà qui enregistre un message moraliste à l'attention des pirates du ouèbe, ces
monstrueux criminels des temps modernes qui osent télécharger du son sur internet
au lieu de le payer une fortune aux maisons de disques qui n'en reversent qu'une
maigre quote-part aux artistes dont elles prétendent pourtant défendre les intérêts,
refusant en bloc tout changement de paradigme dans la distribution musicale et
dans le rapport entre public et oeuvres.

Wizman est un clown, une horripilante petite crevette archaïco-conservatrice à l'attitude
faussement nonchalante, un "libéral-libertaire", cette figure parmi les plus gerbantes de l'époque.

Le hic : il n'a jamais rien produit qui risque un jour d'être piraté.
La frustration explique sans doute cette allégeance du "Petit" envers les Grands Détenteurs Institutionnels.



"INFECT WIZMAN"
Remix du "Petit" ouvert à tous ici.