Creuser le noir corporate et en faire sortir une lumière, une vérité blafarde sur tous ces suckers.

Archives

"Dans la série résumé des épisodes précédents qui permet de se faire plein de copains partout, prenons plutôt Les aventures d’Ariel Wizman au pays des mais heu c’est pas si grave laissez-moi tranquille. C’est pas ma série préférée, mais en attendant La Ferme 2 c’est pas si mal.

Dans Libé : "L’animateur Ariel Wizman trouve « casse-couilles » d’être devenu icône de la lutte antipiraterie en donnant sa voix au ministère de l’Industrie : « C’est le ministère qui m’a proposé. J’ai été un peu con, j’ai accepté sans réfléchir, je ne pensais pas que ce serait autour de mon image. Je ne suis ni pour ni contre. Je ne suis certainement pas du côté des majors du disque, il ne faut pas me prendre pour Pascal Nègre [le patron d’Universal Music France, ndlr]. J’ai demandé au ministère de faire un communiqué disant que j’ai fait ça gratuitement et que je suis résolument et férocement antirépression. La politique de l’exemple [menée par les maisons de disques qui poursuivent les internautes en justice, ndlr] est déplorable. Mais j’assume, ce n’est pas comme enregistrer un message pour le Front national : ce n’est pas scandaleux que les artistes veuillent être rémunérés."

Tu m’étonnes que c’est "casse-couilles". Un peu comme pour les mecs qui foutent le IPod à fond et se carrent des acouphènes en entendant la voix du toto. Le "j’ai été un peu con" se passe de commentaires. Surtout s’il s’est vendu sans être payé. Je pensais qu’après des années de pratique dans le milieu du spectaculaire pailleté on apprenait des trucs basiques, genre tout travail mérite salaire. Et comme le boulot là-bas c’est de jouer Laverdure, faut quand même pas être très malin pour. Tss. Pour nous faire gober ça. Gratuitement ok. Sur le compte en banque peut-être. Après faut voir. Les avantages en nature. Les passes-droits. Ca marche comme ça dans le milieu des affaires, or ici c’est une histoire qui se passe dans le milieu des affaires, pas chez Brock et Schnock qui font mumuse à la Grosse Boule. Mais bon, effectivement, en voyant ça, personne ne risque de le prendre pour Pascal Nègre. Les requins ça cogite plus loin que le bout de leur marteau. Witzman là c’est plus ambiance Oum le dauphin, mais y a des espèces protégées qui n’inspirent pas tellement la compassion.

"Férocement anti-répression", moi je dis : c’est aussi joli qu’une phrase d’Eve Angéli quand on l’accuse de maltraiter les gentils animaux pour les faire rentrer dans l’enclos. "Férocement" j’adore. Les gens qui disent "je suis férocement machin", c’est d’un naturel complet. Mais j’exagère. Il est de super bonne foi quand il dit ça. Pour lui "férocement anti-répression" ça doit consister à faire des blagues chez Stéphane Bern. Bah si. Canal + c’est quand même la télé super libre de ton, à donf. Mais non il a pas dix ans de retard, faites pas de mauvais esprit. Stéphane Bern, c’est l’archétype du garçon qui incarne l’anti-répression. Le fou du roi, par exemple. Révolutionnaire en diable. De ces émissions qui vous marquent, tellement rebelles, tellement résistantes face à l’oppression. C’est quand même connu : quand on entre en lutte on bosse pour Stéphane Bern et on fait des blagues à l’écran. Parce que l’humour, merde, c’est quand même le meilleur moyen d’agir concrètement quand on est "anti-répression". Férocement. En montrant les dents et tout. Un peu longues les dents. Alors à force ça fait des trous dans la carpette et on se prend les pieds dedans.

Mais bon. Je ne vois pas de quoi on se plaint puisqu’il "assume". "Ni pour ni contre" (le type d’expression propre aux gens farouchement anti-répression), mais il assume. C’est vrai quoi merde. C’est pas Le Pen quand même Pascal Nègre. Il est très méchant mais il est pas fasciste et toc. De l’argumentation au poil. Ca valait le coup de prendre des cours avec Emmanuel Lévinas pour en arriver là.

J’avais envie de parler d’un autre truc, un autre feuilleton en cours drôlement chouette, mais en fait je viens de tomber sur "un mea culpa téléphonique", et ça m’a filé la mémoire des poissons.

NB : "J’ai appelé le ministère de l’Industrie, pour qu’ils corrigent tout ça". "Tout ça" c’est les 100.000 fichiers audio qui crapahutent sur le réseau en roucoulant leur doux message, et donc "corriger" c’est les virer, ou ça veut dire faire un sympathique communiqué de presse suppliant les internautes de plus kalachnikover l’ambulance ? Que de soucis que de soucis.

L’industrie du disque a quand même des mecs pas très futés en communication. On va leur donner un coup de main. Il suffit de récupérer les fichiers pécravés, et de faire ré-enregistrer le message par Frédéric Beigbeder. Lui aussi est un homme de médias, lui aussi hante les nuits parisiennes, lui aussi passe à la télé (et même dans Voici, un sacré plus), lui aussi a pour fans des atrophiés du bulbe qui fantasmes sur les Tatayet de la hype, et en plus il lui arrive de mixer. DJ Fredo, ça c’est du lourd, efficacité garantie. Vu ce qu’il a été foutu de faire du PCF on serait certains d’avoir la paix avec les majors."

CD